Danse avec les chevaux en Alsace du Nord

© Photos R.A.N.
© Photos R.A.N.
A-  |  A+
Pas le temps de s’ennuyer chez les Kandel. La propriété, dotée d’une ancienne écurie reconvertie en chambre d’hôtes, éloignée de tout stress citadin, promet d’interminables découvertes. Amoureux de nature et d’animaux, cette adresse est pour vous.

Durant votre sommeil, vous avez peut-être entendu gratter au plafond. Rassurez-vous, Nosferatu le vampire n’a pas pris ses quartiers dans la région. Par contre, le hérisson ou la chauve-souris sont familiers des lieux. Après tout, on est à la campagne. Puis le réveil est sonné par les ânesses Eclipse et Junon. A l’aube, d’autres compagnons à quatre pattes viennent vous souhaiter le bonjour. La chatte Bianca (Bibine pour les intimes) en premier. Elle fait comme chez elle, va et vient où elle veut, comme elle veut. Parfois il lui arrive de déposer ses proies devant l’entrée. Eh oui, une vraie chasseresse…

Les chiens, Ulysse, Loki et Dina, respectivement baryton, ténor et soprano, constituent à eux trois une petite formation vocale très animée. Côté étable, les chevaux et les capridés font bon ménage. Et la star, le quadrupède à la dégaine la plus impressionnante, la plus classe, c’est à tous les coups Rodriguez le bouc. Il a un look d’enfer avec son regard hypnotique, ses cornes et sa barbiche empruntée à une messe noire gothico-satanique. Gageons que c’est l’occupant le plus photographié de la propriété. Voici sa sœur jumelle Mathilda et leur maman Blanchette. Rodriguez connaît des périodes de rut en novembre. Alors, il sent le… bouc.

© Photos R.A.N.

De vrais œufs de poule

Un sacré reproducteur, le bonhomme. Les chèvres mettent bas au printemps. Peut-être aurez-vous le bonheur de découvrir alors de nouvelles naissances dans la maison.

Tout ceci nous est raconté par Agnès, la maîtresse de maison, lors du petit-déjeuner. Le matin, la table est somptueuse et l’on ne sait par où commencer. Tout est dans le détail. Dans la carafe d’eau trempent des feuilles de menthe et des soucis. Le jus de pomme est fait maison. C’est Joseph, son mari, qui le produit à partir de plusieurs variétés. Uniquement pour la famille et les invités. Tout est naturel, aucun additif. La confiture de mûre ou de coing est un délice. Quand on goûte les noix (du noyer tout proche), on ne sait plus s’arrêter. Et le kougelhopf qui trône sur la table vous fait de l’œil. Intarissable sur ses produits, Agnès nous explique qu’elle mélange des graines de lin au fromage blanc. Pour ses propriétés digestives. Elles contiennent des protéines et c’est pour cela qu’elle en donne aussi aux poules, mélangées aux céréales et au blé. « Ça passe dans les œufs », affirme-t-elle, et le goût s’en trouve transformé. Il suffit de savourer l’œuf à la coque dressé sur la table pour s’en rendre compte.

Pédale douce au quotidien

ecurie-du-mont-RAN0271-red
Rien à voir avec les œufs dans leur version urbaine. L’alimentation industrielle n’entre pas chez les Kandel. A l’Écurie du Mont, presque tout se fait sur place. Naguère, on y tuait le cochon. Aujourd’hui, on y fait toujours sa terrine de lapin. Ah ! Le lapin ! Et la saucisse ! Tout était travaillé et fait à la maison, où vivait une famille nombreuse. « C’est tout une éducation », nous raconte Agnès, dans la recherche et la sélection de ce qu’on avale au quotidien. Elle est née dans l’agriculture, son père a toujours privilégié l’authenticité. Nous sommes loin de la culture du fast food qu’elle considère comme catastrophique. Le rapide, le « trop vite » n’ont pas leur place dans le domaine et la qualité va avec le temps qu’on lui consacre. Il est vrai qu’il y a toujours à faire mais on ne voit pas le temps passer. Le travail est devenu pour elle et son mari un art de vivre, sans que l’argent constitue une motivation première. Une philosophie du temps complice, là où les hommes et la nature s’épanouissent dans un même élan.

Nous contacter

06 82 58 97 98

Focus

Dans l’oreille des chevaux

L’Écurie du Mont, construite sur les hauteurs sud du village de Morschwiller, dans la région de Haguenau, propose des formules « Gîte et Chambres d’hôtes ». L’adresse postale (« rue des Chevaux ») est parlante. Elle rappelle que naguère les paysans travaillant avec des chevaux passaient par là. Une demi-douzaine d’équidés sont installés dans la propriété avec quelques figures remarquables et remarquées comme Jolly Jumper, cheval de selle français, ou Persil, le comtois, à la carrure qui en impose. Les clients, qui viennent parfois de fort loin, apprécient de telles compagnies et Joseph leur organise d’inoubliables balades en calèche. Sur le mode romantique parfois, telle cette demande en mariage d’un invité pour lequel il a déplacé l’attelage sur une cinquantaine de kilomètres. Les amoureux se sont mariés l’année suivante.